la peur

Christian Jacq est devenu garçon tranquille. Après des années d’errances musicales en tous genres, le natif de la Côte vaudoise décide à presque cinquante ans d’entamer une nouvelle page, blanche. Ou presque. Fort de l’expérience d’un premier album sorti en novembre 2013 (Outre Vacarme) et de prestations scéniques, il décide de poursuivre sa recherche artistique en se créant un nouveau rôle, un nouveau personnage au plus proche de ses aspirations, de ce qu’il est.

Pour le fond, il cultive à la fois une certaine quiétude, le recul face au cours de sa propre vie mais aussi le souci de transmettre ses inquiétudes, ses doutes, ses peurs. garçon tranquille décrit ses deux facettes en français et avec une certaine sobriété. Si parler fort n’est pas son genre, il trouve d’autres façons d’interpeler son auditoire, par un mélange de sincérité naïve, de candeur, de gravité et d’étrangeté. Il nous raconte tour à tour une rencontre passagère, l’angoisse de la séparation ou encore ce qui le ronge de l’intérieur. Pas moins de métaphores que dans les textes de ses débuts, mais plus d’images prises sur le vif. La peur, garçon tranquille en fait une compagne, familière, exigeante, désarmante et à laquelle il avoue être facilement soumis. Heureusement, le garçon se console… avec des chansons.

Pour la forme, garçon tranquille a choisi le format d’un EP de 5 titres, pour (re)commencer. Obsédé de sons et de rythmes, il a fait le choix de n’utiliser presque exclusivement que des machines, clin d’œil à l’air du temps, à ses propres expérimentations électros mais aussi aux sons des années 80 de son adolescence. Boîtes à rythmes et synthétiseurs analogiques comme numériques se côtoient donc pour servir une pop synthétique élégante et finement travaillée. La collaboration avec Raphaël Noir (Jérémie Kisling, Fabian Tharin, Olivia Pedroli, Pierre Lautomne, Marc Aymon, …) pour les arrangements a été une évidence, celui-ci mettant à contribution sa collection de claviers en tous genres. Mais aussi un savoir faire certain en tant que metteur en sons ainsi qu’en pourvoyeur d’énergie et d’enthousiasme. C’est lui qui a proposé que Simon Gerber (Sophie Hunger, ...) pose sa patte, ou plutôt ses guitares et basses enjôleuses sur les cinq titres de l’opus. EP dont l’enregistrement et le mixage ont été confiés aux doigts et aux manettes de Xavier Dromard (Brigitte, Jérémie Kisling, ...). garçon tranquille s’applique donc à marier en cinq actes la froideur de l’électro et la fausse légèreté de la pop, qui se fait parfois rock ou même dansante.

Si tranquille, vraiment? A vous de juger.


info@garcontranquille.ch
T +41 79 203 40 20


© 2019 garçon tranquille Tous droits réservés

Design: Oxyde / Photos: Glenn Michel